Algérie : Enfants soldats du POLISARIO à Tindouf

Mis à jour : avr. 27

Une vidéo publiée sur le compte Facebook « Guerguerat’’ (algargarat.com) montre des enfants en cours de « formation militaire » par le polisario dans les camps de Tindouf en Algérie, une pratique pour laquelle ce mouvement séparatiste soutenu par la junte Algérienne sous le commandement du général Saïd Chengriha, doit être poursuivi pour crimes de guerre.


Selon la vidéo, ce sont des enfants de la région de Tindouf endoctrinés qui s’entraînent au tir avec des armes, en vue de participer au conflit en cours avec le Maroc.


Au moins 100 enfants sahraouis auraient été transportés dans des champs de mine par le Front Polisario , ce dernier étant connu pour l’enrôlement d’enfants soldats.Leur recrutement commence dès l’âge de 10 ans. Les enfants-soldats sont instrumentalisés en machines de guerre qui exécutent jusqu’à parents et amis



L’exploitation par le Front Polisario de l’innocence des enfants sahraouis, afin de les utiliser à promouvoir sa thèse séparatiste, est une violation flagrante des traités internationaux de protection et de défense des droits de l’enfant.


Cette exploitation constitue une violation flagrante des conventions et pactes de l'ONU relatifs aux droits de l'enfant. il s’agit d’un crime international qui nécessite des poursuites et un suivi internationaux pour toutes les personnes impliquées. Comme cela se passe sur le territoire algérien, quelqu’un doit rendre des comptes.



Au lieu de subir un tel sort, ces enfants doivent être pris en charge et protégés contre tout recrutement militaire ou participation à une guerre.


La poursuite de ces criminels du polisario dirigé par Brahim Ghali et leurs mentors devant la Cour Pénale Internationale, pour recrutement et utilisation d’enfants soldats entant que combattants, informateurs, messagers, cuisiniers, représentera un progrès considérable dans la lutte contre l’impunité et les droits de l’enfant.


Le Centre européen pour la paix et la résolution des conflits rappelle que tout recrutement d’enfants, leur exploitation et leur implication dans des conflits et des guerres est complètement interdit et criminalisé en droit international.


Le Centre européen pour la paix et la résolution des conflits réaffirme également sa position constante et ferme selon laquelle toutes les parties (Polisario et Maroc) devraient revenir au dialogue et aux moyens pacifiques pour résoudre le conflit existant et reprendre la voie des négociations parrainées par les Nations unies.

Le Centre européen pour la paix et la résolution des conflits condamne l'exploitation des enfants dans les conflits militaires par l'organisation du Polisario et appelle à une enquête internationale sur la question,car il s’agit d’un crime international qui nécessite des poursuites et un suivi internationaux pour toutes les personnes impliquées.

401 vues0 commentaire